Glossaire EDI

Liste alphabétique exhaustive de termes liés à l’EDI que vous pourriez rencontrer. Cliquez sur une lettre ci-dessous pour consulter directement les termes de notre Glossaire EDI commençant par cette lettre :

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K| L |M|N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X| Y | Z

A

Type abstrait de données : mécanisme mis en place par des schémas de langage de balisage extensible (XML) afin de contraindre à une substitution d’un type d’élément spécifique. Lorsqu’un élément ou un type est qualifié d’« abstrait », il ne peut pas être utilisé dans un document. Un membre du groupe de substitution de cette élément doit apparaître dans ce même document.

Accredited Standards Committee X12 (Comité de normalisation agréé X12) :  groupe agréé par l’ANSI (Organisme normatif américain) afin d’élaborer et de mettre à jour les normes EDI utilisées principalement aux États-Unis. (Voir également : ANSI ; ANSI ASC-X12 ; American National Standards Institute).

Confirmation : dans le processus de synchronisation mondiale des données, réponse du langage de balisage extensible (XML) à une commande renvoyée à l’expéditeur. Chaque commande nécessite une réponse. Les messages de confirmation sont normalisés et peuvent contenir les informations suivantes : confirmation de la réception d’un message/échec du traitement de la syntaxe et du contenu, ou code de la raison de chaque type d’échec.

ACH ou Automated Clearing House : chambre de compensation automatisée.

Puce active : catégorie de puce RFID contenant une source d’alimentation telle qu’une pile, afin de faire fonctionner les circuits du microprocesseur. Les puces actives transmettent un signal à un lecteur qui peut être lu à une distance de plus de 30 m.

ASN (Advance Shipping Notice ou Avis préalable à l’expédition) :  version électronique d’un bordereau d’expédition qui notifie à un acheteur que les marchandises ont été expédiées, comment elles ont été emballées et la date de livraison prévue. Également appelé Avis de livraison ou avis d’expédition.

AES (Advanced Encryption Standard) :  norme de chiffrement avancé. L’une des nombreuses normes permettant de sécuriser des données pendant leur transmission grâce à un chiffrement.

American National Standards Institute (ANSI) :  organisme américain de normalisation pour les États-Unis. L’ANSI, par l’intermédiaire de ses comités de normalisation agréés, maintient les normes pour toutes les applications technologiques et mécaniques de l’industrie américaine. Les documents commerciaux américains sont souvent appelés par leur code ANSI, par exemple 850 (commande), 810 (facture) et 856 (ASN ou avis préalable à l’expédition).

ANA (Article Number Association) : association d’entreprises créée pour faciliter la normalisation dans la chaîne logistique.

p> ANSI ASC X12 :  l’Accredited Standards Committee (Comité de normalisation agréé) X12 de l’American National Standards Institute (l’institut américain de normalisation), regroupe des membres du gouvernement et de l’industrie. Il est chargé d’élaborer des normes pour l’EDI et les soumet à l’ANSI pour approbation et diffusion.

ANX :  réseau basé sur l’IP à destination de l’industrie automobile américaine.

AANX : réseau basé sur l’IP à destination de l’industrie automobile australienne.

Confirmation d’application : ensemble de transactions dont l’objectif est de renvoyer une réponse à un ensemble de transactions qui a été reçu et traité dans une application. Par exemple, la transaction « Confirmation de bon de commande » est utilisée pour répondre à la transaction « Bon de commande » avec des informations telles que la possibilité, pour le destinataire, d’honorer la commande et si cela peut être fait dans les délais.

Avis d’application :  ensemble de transactions qui accepte, rejette ou identifie les erreurs au niveau du contenu d’un ensemble de transactions au-delà des vérifications syntaxiques normales.

Logiciel d’interface application : logiciel qui importe et exporte des données entre des applications internes et le logiciel de traduction.

AS1 :  Applicability Statement (AS) 1. Protocole développé par l’IETF afin de créer une messagerie sécurisée et fiable sur SMTP.

AS2 :  Applicability Statement (AS) 2. Protocole développé plus récemment par l’IETF afin de créer une messagerie sécurisée et fiable sur HTTP. Permet aux données d’être transmises via Internet grâce au protocole HTTP.

AS3 :  Applicability Statement (AS) 3. Protocole développé le plus récemment par l’IETF afin de créer une messagerie sécurisée et fiable sur FTP.

AS4 : Applicability Statement (AS) 4. Permet un échange de documents interentreprises en toute sécurité grâce à des services web. L’AS4 a été développé par le sous-comité du comité technique des services de messagerie ebXML de l’OASIS.

ASN : voir   Avis préalable à l’expédition (Advance Shipping Notice).

Asynchrone : technique de communication dans laquelle chaque caractère est transmis séparément et est encadré de bits de départ et d’arrêt utilisés pour indiquer les limites d’un caractère.

Attribut :  terme utilisé pour décrire une caractéristique d’un article. Un attribut contient une valeur décrivant une caractéristique telle que la hauteur, longueur ou largeur d’un colis.

Piste d’audit :  archivage informatisé ou manuel des transactions.

Authentification : mécanisme qui permet au destinataire d’une transmission électronique de vérifier l’expéditeur et l’intégrité du contenu de la transmission à l’aide d’une “clé” ou d’un algorithme électroniques partagés par les partenaires commerciaux. L’algorithme est parfois appelé signature électronique ou numérique.

« haut

B

BAI : groupe de services financiers chargé de la définition des spécifications des rapports de solde pour la gestion de la trésorerie. BAI1 puis BAI2 ont été définis comme la base d’accord entre une banque et son client professionnel pour déterminer de quelle manière les données tirées du logiciel de traitement des comptes de la banque seraient envoyées au logiciel de traitement des comptes du client.

Code-barres : succession de traits rectangulaires et d’espaces répartis selon une configuration prédéterminée. Est généralement utilisé pour l’identification automatique d’un produit ou d’un envoi.

Totaux de contrôle des lots : garantissent que le traitement par lots a été effectué correctement en comparant les résultats aux totaux en devises ou en quantités, aux archives, aux documents ou aux sommes de contrôle.

Traitement par lots : traitement des informations électroniques après leur accumulation dans un groupe ou lot.

Baud : vitesse à laquelle le signal change lors de la transmission des données. Il est souvent équivalent au nombre de bits par seconde.

Connaissement : document utilisé par un fournisseur et un transporteur afin de décrire la classification des marchandises expédiées par le fournisseur.

Binaire : système de numération utilisant uniquement les valeurs 0 et 1.

Bisynchrone : protocole de communication utilisant des blocs de caractères pour transmettre des messages. L’intégrité et l’exactitude des blocs de caractères sont vérifiées par l’ordinateur destinataire.

Document commercial : ensemble d’informations échangées dans le cadre d’une activité commerciale.

Processus commercial : ensemble d’activités connexes qui, lorsqu’elles sont exécutées correctement, répondent à un objectif commercial précis.

Modélisation du processus commercial : également appelée modélisation « en l’état », composante de l’élaboration du concept de RosettaNet utilisée pour identifier les éléments d’un processus commercial et pour créer un modèle défini d’interfaces à destination des partenaires commerciaux tels qu’ils existent actuellement.

Interentreprises (B2B) : achat et vente entre des entreprises via des transactions électroniques.

Intégration interentreprises : coordination sécurisée des informations commerciales entre des entreprises et leurs informations

« haut

C

CEDI : le Common EDI Forum qui a élaboré un ensemble de directives de mise en œuvre de messages à destination de l’industrie de la grande distribution britannique.

CEFACT : également connu sous le nom de CEFACT-ONU. Centre des Nations Unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques.

CONTRL : message équivalent à l’accusé de réception fonctionnel (ARF) de l’EDIFACT.

CPFR : Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment ou planification, prévision et réapprovisionnement collaboratifs. Initiative sectorielle visant à améliorer le partenariat entre les fabricants et les distributeurs/détaillants à l’aide d’informations partagées.

Classificateur : terme utilisé pour décrire de quelle manière sont regroupés des éléments tels que des produits.

Chambre de compensation : tierce partie chargée de centraliser l’envoi et la réception de messages ou documents électroniques entre les partenaires commerciaux. Ces messages/documents sont conservés par cette tierce partie jusqu’à ce que le destinataire soit prêt à les recevoir.

Communications : méthodes permettant de relier électroniquement deux ordinateurs pour échanger des informations.

Logiciels de communication : programmes permettant à des ordinateurs de communiquer par l’intermédiaire de modems. Certains logiciels sont capables de communiquer automatiquement, par exemple les fonctions de numérotation et de réponse automatiques.

Vérification de conformité : processus de vérification utilisé pour garantir la conformité d’une transmission aux règles syntaxiques ANSI X12 (États-Unis).

Conditionnel (C) : condition d’un élément de données qui indique que la présence d’un élément de données spécifié dépend de la valeur ou de la présence d’autres éléments de données dans le segment. La condition doit être indiquée et pouvoir être traitée par ordinateur.

Confirmation : document indiquant que la transmission a été reçue par le destinataire prévu. [Voir aussi accusé de réception fonctionnel].

Biens de consommation emballés : biens de consommation tels que les aliments, les boissons, les chaussures et les vêtements, les cigarettes et les produits d’entretien.

Programme de réapprovisionnement continu : approvisionnement continu en marchandises entre le fournisseur et le partenaire commercial sur la base d’un échange automatisé d’informations concernant la demande actuelle, les stocks et leur gestion dans le cadre d’une politique d’approvisionnement convenue. L’objectif de ce concept est de créer un flux de produits réactif et précis à destination du magasin avec un minimum d’entreposage et de traitement des stocks.

Enveloppe de contrôle : permet de valider la réception correcte et complète des données

Numéro de contrôle : également connu sous le nom de numéro de référence. Numéro d’identification utilisé pour distinguer un élément d’information standard (identificateur d’élément d’information) ou un segment standard (identificateur de segment).

Segment de contrôle : possède la même structure qu’un segment de données mais est utilisé pour transférer des informations de contrôle pour grouper les segments de données.

Structure de contrôle : dans le contexte de l’EDI, segments de début et de fin (en-tête et fin) pour les entités.

Validation de contrôle : confirmation que les informations présentes dans le segment de contrôle sont correctes.

« haut

D

Élément de données : un ou plusieurs éléments de données, constituant une unité ou information telle que définie dans le dictionnaire des données d’un système des Normes EDI, et contenus dans un message EDI ou un ensemble de transactions. Le terme “élément de données” est souvent désigné par l’abréviation “DE” immédiatement suivie du numéro de l’élément de données (par exemple, l’élément de données 128 serait abrégé DE128) dans certains textes.

Élément de données, Composite : deux éléments de données, ou plus, séparés par un délimiteur, regroupés pour constituer une unité ou information telle que définie dans le dictionnaire des données d’un système des Normes EDI, et contenue dans un message EDI ou un ensemble de transactions.

Segment de données : unité d’information intermédiaire dans un message. Un segment se compose d’un ensemble prédéfini d’éléments de données fonctionnelles identifiées par leur position séquentielle dans cet ensemble.

Répertoire de segments de données : publication indiquant le format de tous les segments dans la norme.

Synchronisation des données : transfert électronique d’informations normalisées sur des produits et des adresses entre les partenaires commerciaux et synchronisation permanente de ces données dans le temps.

Entrepôt de données : mécanisme conforme au GDSN permettant à des partenaires commerciaux de partager et de synchroniser des données. En plus de l’enregistrement de données, un entrepôt de données offre les fonctions et procédures nécessaires pour communiquer avec le Global Registry et d’autres entrepôts de données.

Décryptage : conversion de données brouillées ou secrètement codées lors de la réception d’une transmission cryptée (Voir également chiffrement/cryptage).

Ligne dédiée : ligne point-à-point dans un système de communication de données entre deux ordinateurs qui est toujours connectée.

Paramètres par défaut : instructions envoyées à un ordinateur permettant de rétablir automatiquement les configurations standard au moment de la connexion. Ils éliminent le besoin de reconfigurer le système à chaque session.

DELFOR : message indiquant la livraison prévue.

Avis de livraison : terme européen pour ASN.

Délimiteurs : font partie intégrante du flux de données transféré. Ils comportent deux niveaux de séparateurs et un caractère de fin. Les délimiteurs sont spécifiés dans l’en-tête d’échange. Du niveau supérieur au niveau inférieur, les séparateurs et les caractères de fin sont : caractère de fin de segment, séparateur d’élément de données, séparateur d’élément de composant (utilisé uniquement par EDIFACT).

Manifeste de semi-remorque : liste de marchandises contenues dans une semi-remorque pas totalement chargé prêt pour la livraison. Cette liste inclut des informations concernant la livraison des marchandises chargées dans la semi-remorque, telles que la référence, l’identification de l’équipe et la date de livraison.

DELJIT : message de livraison en flux tendu.

DES : norme de chiffrement des données. L’une des nombreuses normes permettant de sécuriser des données pendant leur transmission grâce à un chiffrement.

DESADV : avis d’expédition.

Certificat numérique : message informatique ou électronique émis par une entreprise qui (1) identifie l’entreprise émettrice ; (2) nomme ou identifie le détenteur d’un certificat ; (3) contient la clé publique du détenteur du certificat ; (4) identifie la période de validité du certificat et (5) est signé numériquement par l’entreprise émettrice.

Signature numérique : signature électronique qui peut être utilisée afin d’authentifier l’identité de l’expéditeur d’un message et, via le résumé crypté du message, de s’assurer que le contenu original des données qui ont été envoyées n’a pas été modifié.

Direct Connect EDI : forme d’échange de données informatisé qui s’appuie sur un intermédiaire, voir point-à-point.

DISA (Data Interchange Standards Association) : organisme professionnel qui agit en qualité de secrétariat de l’ANSI ASC X12 et du Pan-American EDIFACT Board aux États-Unis.

Télécharger : processus permettant de recevoir des données d’un autre ordinateur situé sur un site distant vers l’ordinateur sous le contrôle de l’opérateur.

DSD ou Direct Store Delivery : pratique de livraison directe aux magasins et notification de la livraison par voie électronique et non sur papier.

DSS ou Decision Support System : logiciel conçu pour aider dans la prise de décision à l’aide de programmes analytiques et de données disponibles sur les ordinateurs centraux en reliant les ordinateurs aux ordinateurs centraux.

DSTU ou Draft Standard for Trial Use : norme approuvée par le comité ANSI ASC X12 avant la pleine approbation par ANSI.

DUNS : numéro d’identification de Dun & Bradstreet souvent utilisé dans le cadre des transmissions EDI.

« haut

E

EAI ou Enterprise Application Integration : terme utilisé pour décrire les outils logiciels permettant l’intégration des applications sur l’ensemble d’une entreprise.

EAN : International Article Numbering Association.

EANCOM : sous-ensemble de messages EDIFACT, créé par GS1, permettant aux partenaires commerciaux d’échanger des documents commerciaux de manière simple, précise et à moindre frais.

ebMS ou Service de messagerie ebXML : méthode sûre et fiable de transmission de données électroniques dans le cadre des spécifications ebXML. Peut utiliser tout un éventail de protocoles de transmission de bas niveau, notamment HTTP et SMTP.

ebXML : norme de commerce électronique qui permet à des entreprises de toutes les tailles dans le monde entier d’entrer en contact et d’effectuer des activités commerciales par voie électronique. Développée sous l’égide d’OASIS et de CEFACT-ONU.

EDI : voir échange de données informatisé.

EDItEUR : organisme normatif professionnel pour les chaînes logistiques internationales du livre et des périodiques.

EDItX : formats de documents de transactions en XML qui copient et étendent les fonctionnalités des messages X12, TRADACOMS et EDIFACT pour les industries du livre et de la librairie.

Traduction EDI : conversion de données applicatives de et vers un format standard.

Traducteur EDI : logiciel utilisé pour effectuer la conversion de données applicatives de et vers un format standard. Généralement concédé sous licence au lieu d’être développé en interne, il peut avoir des sous-systèmes pour le mapping, l’audit et la gestion de documents.

EDIFACT : Electronic Data Interchange For Administration, Commerce and Transport ou Échanges des données par voie informatique pour l’Administration, le Commerce et le Transport. Norme EDI internationale telle que développée par les Nations Unies.

EDIFICE : association de l’industrie de la haute technologie et de l’électronique en Europe. Également un sous-ensemble de la norme EDI EDIFACT pour ces industries.

EDI via Internet : protocole d’échange d’informations dans un environnement décentralisé et distribué désigné par l’Internet Engineering Task Force (Groupe de travail en ingénierie Internet). Développé à l’origine pour permettre l’échange de données informatisé par courrier électronique sur Internet. L’Applicability Statement 1, la première version, utilisait le protocole SMTP (Simple Mail Transport Protocol) comme protocole d’acheminement vers le destinataire. L’Applicability Statement 2, la version actuelle, utilise le protocole HTTP (HyperText Transport Protocol) pour acheminer un document vers l’adresse de destination, établit la connexion puis envoie ensuite les informations dans un environnement sécurisé assurant l’expéditeur de la réception.

EFT (Electronic funds transfer ou Transfert de fonds électronique) : paiement électronique dans le cadre duquel les fonds sont transférés entre les comptes bancaires de différentes institutions financières.

EIAJ : norme EDI japonaise.

Commerce électronique : activités commerciales réalisées entre des ordinateurs au moyen d’un échange électronique.

Échange de données informatisé (EDI) : transfert d’ordinateur à ordinateur de transactions commerciales à l’aide de formats de messages standards couramment utilisés dans l’industrie.

Courrier électronique : processus d’envoi, de réception, de stockage et/ou de transfert de messages au format électronique par télécommunication.

Élément : plus petite unité d’information dans la norme.

Délimiteur d’élément : délimiteur d’un seul caractère. Suit l’identificateur de segment et chaque élément de données d’un segment à l’exception du dernier.

Numéro de référence d’un élément : numéro identifiant chaque élément du schéma de segment avec sa définition correspondante dans le dictionnaire des données.

Courriel : abréviation de courrier électronique.

Cryptage/chiffrement : processus de transformation de texte en clair (données sous leur forme originale) en texte crypté (le produit d’un algorithme de cryptage) aux fins de sécurité ou de confidentialité.

Utilisateur final : toute personne utilisant un système informatique ou son produit.

Enveloppe : association d’un en-tête, de la fin et parfois d’autres segments de contrôle qui définissent le début et la fin d’un message EDI.

Intégration d’application d’entreprise (EAI) : utilisation d’intergiciels pour intégrer les logiciels, les bases de données et les systèmes existants qui font partie des processus commerciaux fondamentaux d’une entreprise.

ERP (progiciel de gestion intégré) : systèmes logiciels utilisant des bases de données et une interface unique afin de contrôler toutes les informations liées à l’activité de l’entreprise, y compris les clients, les salariés et les données financières.

ENX : réseau IP pour l’industrie automobile européenne.

EPC : Electronic product code ou Code produit électronique. Numéro composé de 96 bits dont le format est régi par EPCglobal, une filiale de l’organisation de normalisation GS1. Chaque puce RFID contient un EPC unique.

EPCglobal : filiale de l’organisation internationale de normalisation EAN.UCC qui régit le format des codes EPC.

Règlement évalué des reçus : méthode de paiement d’un fournisseur remplaçant une facture qui est utilisée principalement dans l’industrie automobile. Le prix est d’abord convenu par un engagement ou un bon de commande. Ensuite, un bon de matière indique au fournisseur la quantité à livrer. Un avis préalable à l’expédition confirme la quantité à livrer et le paiement a lieu dès réception.

EDI aligné sur les évènements : applications et traducteur échangeant des messages dès qu’ils sont créés ou reçus.

eXtensible Markup Language : langage conçu pour améliorer la fonctionnalité d’Internet grâce à une identification plus flexible et adaptable des informations. Il est qualifié d’extensible car il ne s’agit pas d’un format fixe tel que HyperText Markup Language (un seul langage de balisage prédéfini). Au contraire, il s’agit en réalité d’un métalangage (langage permettant de décrire d’autres langages) qui permet aux individus de personnaliser les langages de balisage pour un nombre infini de types de documents différents. Ce langage permet cela parce qu’il est écrit en Standard Generalised Markup Language, le métalangage international des systèmes de balisage.

« haut

F

Fichier : ensemble de données connexes considéré comme une unité de stockage de base dans un système informatique.

Fichier plat : fichier informatique où toutes les informations sont exécutées ensemble comme une seule chaîne de caractères.

Structure de fichier : format dans lequel un fichier est ordonné par l’ordinateur pour pouvoir accéder aux informations qu’il contient à la demande.

FIN : le SWIFT FIN est un système de stockage et de retransmission basé sur le transfert de message. FIN est le principal mécanisme de messagerie utilisé aujourd’hui sur SWIFTNet par les entreprises aux fins de gestion des liquidités et des risques.

FTP : File Transfer Protocol ou Protocole de transfert de fichiers. Méthode standard de transmission de fichiers d’un ordinateur à l’autre via Internet.

Accusé de réception fonctionnel : ensemble transactionnel transmis par le destinataire d’une transmission EDI à l’expéditeur indiquant la réception et l’acceptabilité syntaxique d’un message. Il n’accuse pas réception du contenu du message, il confirme juste que le message a bien été reçu et interprété. Il est également abrégé et connu sous l’acronyme « ARF ».

Groupe fonctionnel : groupe d’ensembles transactionnels corrélés. Les segments de début (GS) et de fin (GE) sont utilisés pour envelopper un groupe fonctionnel complet.

Segments de groupe fonctionnel (GS/GE) : segments identifiant un groupe fonctionnel de documents spécifique tels que les bons de commande.

« haut

G

Galia : organisme pour l’industrie automobile française.

Passerelle : interconnexion entre des réseaux publics et privés qui permet la transmission de documents au format EDI sur de multiples réseaux.

GCI : Global Commerce Initiative. Groupe d’utilisateurs internationaux identifiant les problèmes nuisant aux performances de la chaine logistique et suggérant des solutions mondiales potentielles en matière de données, messages, processus et exigences associées qu’il peut proposer aux organismes de normalisation tels que GS1 en vue de leur adoption.

GDD : Global Data Dictionary. Norme de GS1 permettant de définir tous les attributs potentiels d’un élément. Ces attributs peuvent inclure la taille, les informations relatives à la marque, les informations logistiques, etc.

GDS : Global Data Synchronisation ou Synchronisation mondiale des données.

GDSN : Global Data Synchronisation Network ou Réseau de synchronisation mondiale des données. Fournit une structure qui permet aux entrepôts de données de communiquer et d’échanger les données de manière transparente.

GLN : Global Location Number ou Code lieu international. Numéro unique attribué aux adresses afin de pouvoir être identifiées sans ambiguïté dans le monde entier. Ces codes lieu internationaux peuvent être utilisés pour identifier les adresses légales, physiques ou fonctionnelles. Ils renvoient à des fichiers informatiques où les informations relatives à l’entreprise ou l’adresse peuvent être trouvés. Ils remplacent les noms et les adresses et sont particulièrement utiles dans le cadre de processus automatisés car ils permettent de faire transiter des informations sans intervention manuelle. Ils doivent être utilisés pour identifier les adresses et les partenaires commerciaux au sein des messages commerciaux et des entrepôts de données EDI et peuvent, dans des codes-barres, identifier une adresse physique ou fournir des informations pertinentes en vue de la livraison ou de la facturation.

GLOBAL Registry : service central qui contient des pointeurs vers les données enregistrées dans les entrepôts de données locaux. Fournit un référentiel aux entreprises qui cherchent à localiser les données produits enregistrées dans les entrepôts de données locaux et veille à la pleine conformité des entrepôts de données aux standards GS1.

Global Company Identifier ou Identifiant international des entreprises : appellation déposée par RosettaNet pour le système de numéro d’identification universel des données. Le Global Company Identifier est l’objet de RosettaNet et le système de numéro d’identification universel des données est la solution spécifiée.

Global Data Dictionary ou Dictionnaire global des données : catalogue des définitions et des attributs de tous les éléments de données utilisés dans les normes de messages commerciaux de GS1.

GPC : Global Product Classification ou Classification internationale des produits. Méthode de catégorisation standard des produits qui permet de relier différents systèmes de classification d’entreprise et offre un langage commun pour les processus commerciaux collaboratifs.

GS1 : réseau international d’organismes de normalisation et de prestataires de services développant des normes et solutions internationales à destination de la chaine logistique utilisées par plus d’un million d’entreprises en matière de code-barres, messagerie de commerce électronique, synchronisation des données et, via le réseau EPCglobal Network, d’identification par radiofréquences.

GRN : Goods Received Note ou Descriptif des produits reçus. Document crée par un client recevant la marchandise pour confirmer ce qui a été reçu afin que les factures puissent être approuvées pour paiement.

GSMP : Global Standards Management Process ou Processus international de gestion des normes. Organisme chargé du développement des normes pour la synchronisation mondiale des données au sein de la structure GS1. Ouvert aux acteurs de l’industrie et aux fournisseurs de solutions, le GSMP fournit le processus utilisé pour développer les besoins commerciaux et les normes internationales en vue de leur déploiement technique.

GTIN : Global Trade Item Number ou numéro d’article commercial international. Identifiant unique pour chaque produit.

« haut

H

Matériel : pièces physiques d’un système informatique telles que le processeur, les lecteurs de bande, les lecteurs de disques, le modem, etc.

En-tête : segment spécifique qui, dans les termes les plus simples, indique à l’ordinateur destinataire le début d’un message EDI.

HIPAA : loi américaine intitulée Health Insurance Portability and Accountability Act promulguée par le Congrès américain en 1996.

HL7 : norme pour l’industrie de la santé.

HTTP : HyperText Transfer Protocol (Protocole de transfert hypertexte). Protocole utilisé pour envoyer et recevoir des fichiers, principalement des pages Internet et des composants, via Internet ou tout autre réseau informatique.

HTTPS : HyperText Transfer Protocol Secure ou Protocole de transfert hypertexte sécurisé associant l’HyperText Transfer Protocol et le protocole SSL/TLS afin de chiffrer et de sécuriser l’identification sécurisée du serveur.

Hub ou moyeux : terme EDI désignant une entreprise initiant un programme d’intégration de ses partenaires commerciaux, en général un acheteur. Voir aussi rayons.

« haut

I

IDEA : International Data Exchange Association. Organisation basée à Bruxelles qui assure la promotion de l’expansion mondiale de l’EDI.

IDOC : signifie document intermédiaire. Structure de données standard pour l’échange de données informatisé entre des applications élaborées pour le célèbre système informatique de SAP ou entre une application SAP et un programme externe. Les IDOC permettent le transfert de données dans le système ALE (Application Link Enabling) de SAP.

Système ID (puces et lecteurs EPC) : composant du réseau EPCglobal Network incluant des puces et des lecteurs EPC. Les puces EPC sont des dispositifs d’identification par radiofréquences contenant un microprocesseur et une antenne fixés à un substrat. Le Code produit électronique (EPC) est stocké dans cette puce qui est fixée à des cartons, des palettes et/ou des marchandises. Les puces EPC communiquent leurs Codes produits électroniques aux lecteurs à l’aide de radiofréquences. Les lecteurs EPC communiquent avec les puces via des ondes radio et transmettent les informations aux systèmes locaux d’informations commerciales via l’intergiciel EPC.

IETF : voir Internet Engineering Task Force.

Guide de déploiement : publication qui répertorie les messages EDI utilisés dans un secteur d’activité ou une application particulière. Indique de quelle manière les informations contenues dans ces messages doivent être présentées segment par segment et élément de données par élément de données, y compris les segments et éléments de données obligatoires, ceux qui ne le sont pas et les valeurs des codes attendus dans l’application de ce message particulier.

Spécifique au secteur d’activité : utile à un seul et unique groupe d’entreprises unies par un domaine d’activité commun. Dans le cadre de l’échange de données informatisé, désigne la capacité d’une norme EDI à être utilisée par un seul et unique secteur d’activité.

EDI interactif : deux applications qui procèdent à des échanges EDI directement au sein d’une structure préprogrammée.

Interchange : échange d’informations d’une entreprise à une autre. Groupe d’ensembles de transactions envoyés par un expéditeur à un destinataire à un moment donné.

Format d’interchange : configuration spécifique de données qui définit un document commercial structuré. Le format d’interchange spécifie la séquence, la représentation et le groupement d’éléments granulaires de données et peut décrire chaque élément en termes de type de données, d’options, de cardinalité et de valeurs valides.

En-tête de contrôle d’interchange : segment de données qui indique et identifie le début d’un interchange.

Fin de contrôle d’interchange :  segment de données qui indique la fin d’un interchange.

Enveloppe d’échange : données spécifiques de transmission de données dans les segments d’en-tête et de fin qui représentent un échange entre un seul expéditeur et un seul destinataire. Certifiées ISA/IEA.

Interconnexion : deux réseaux VAN reliant réciproquement leur adresse entre eux.

Internet Engineering Task Force ou Groupe de travail en ingénierie Internet : vaste communauté internationale de concepteurs, d’opérateurs, de scientifiques et de fournisseurs d’accès qui est ouverte à tous et qui s’intéresse à l’évolution de l’architecture Internet et au bon fonctionnement de celui-ci.

Facture : demande de paiement qui notifie à un acheteur les articles, prix et quantités livrés et devant être payés par l’acheteur. Les conditions de paiement accompagnent généralement les données de facturation.

ISDN – Integrated Services Digital Network ou réseau numérique à intégration de services : ensemble de normes de communication pour la transmission numérique simultanée de voix, vidéo, données et autres services réseau.

ISO : International Standards Organisation ou Organisation internationale de normalisation. Organisation internationale collaborant avec les Nations Unies afin de mettre à jour les normes destinées à toutes les applications technologiques et mécaniques de l’industrie mondiale.

« haut

J

JIT : Just In Time (JIT) ou en flux tendu. technique de gestion des stocks développée au Japon selon laquelle les matières sont livrées par les fournisseurs lorsque le fabricant en a besoin en vue de la production et non pour les entreposer.

JNX : réseau IP pour l’industrie automobile japonaise.

 

« haut

K

KNX : réseau IP pour l’industrie automobile coréenne.

 

« haut

M

Mailbag : norme définie par l’ANSI pour les interconnexions entre les adresses de réseaux VAN (EDI).

Boîte aux lettres : zone de stockage de fichiers au sein d’un ordinateur utilisée généralement par un prestataire de services réseau et où les informations sont déposées jusqu’à ce qu’elles puissent être récupérées par le destinataire prévu.

Manifeste : document émis par un fournisseur qui expédie des marchandises à un client et qui précise où les marchandises seront livrées. Peut inclure plusieurs destinations.

Mapping ou mappage : acte déterminant quelles informations de la base de données de l’entreprise doivent être intégrées dans chaque élément de données d’un message ou d’une transaction électronique, ou au contraire quels éléments de données d’un message ou d’une transaction électronique doivent être intégrés dans la base de données d’une entreprise.

Message : dans le contexte de l’EDI, bloc d’informations qui constitue une transaction commerciale ou une partie de celle-ci.

En-tête de message : segment de service qui débute, et identifie sans ambiguïté, un message.

Diagramme structuré d’un message : affichage graphique de la mise en page d’un message.

Commutation de message : routage d’un message de transfert direct entre des ordinateurs via les services d’un prestataire de services tiers.

Fin de message : segment de service qui termine un message.

Type de message : ensemble identifié et structuré d’éléments de données s’appliquant aux caractéristiques d’un type de transaction spécifique, par exemple une facture.

Normes de message : système de syntaxe d’éléments de données, de segments et de messages (ensembles de transactions) grâce auquel l’EDI sera effectué.

Modem : forme abrégée de Modulateur/Démodulateur. Dispositif reliant l’ordinateur à une ligne téléphonique pour permettre les communications.

« haut

N

NAK : forme d’accusé de réception négatif suite à la détection d’une erreur dans la transmission.

Gestion réseau : identifie les erreurs, les données comptables, la configuration, la sécurité et la gestion des performances.

Organisme national de normalisation : organisme chargé, dans un pays, de mettre à jour les normes de toutes les applications technologiques et mécaniques d’un secteur d’activité national.

Réseau : système de communications électroniques reliant des ordinateurs pour permettre l’échange de données informatisé.

Prestataire de services réseau : entreprise qui maintient un réseau et offre ses services et compétences à d’autres entreprises contre rétribution.

Avis d’expédition : ensemble de transactions qui précise le calendrier de livraison et fournit une description des marchandises expédiées.

« haut

O

OASIS : Organisation for the Advancement of Structured Information Standards ou Organisation pour l’avancement des normes structurées de l’information. Consortium international à but non lucratif gérant le développent, la convergence et l’adoption de normes en matière de commerce électronique.

Objet : entité à l’égard de laquelle nous conservons des données et les opérations permettant de manipuler ces données.

ODETTE : Organisation for Data Exchange Through Teletransmission in Europe ou Organisation de données échangées par télé-transmission en Europe. Organisme pour l’industrie automobile en Europe et sous-ensemble de la norme EDI EDIFACT pour cette industrie.

OFTP : Odette File Transfer Protocol ou Protocole de transfert de fichiers Odette. Protocole de messagerie pour l’industrie automobile européenne.

OFTP v2.0 : mise à jour du protocole OFTP qui a été conçue dès le départ afin d’être utilisé sur Internet. L’OFTP v2.0 offre un certain nombre d’avantages par rapport à l’OFTP, notamment la compression des données, l’échange de certificats numériques et la transmission de fichiers volumineux.

OSI : Open Systems Interconnect. Structure basée sur un modèle en 7 couches développé par l’ISO qui permet à différents ordinateurs d’un fabricant de communiquer entre eux.

Réseau ouvert : réseau avec lequel les parties externes peuvent communiquer.

« haut

P

Documents administratifs : documents traditionnellement utilisés pour transmettre des informations dans le cadre d’une transaction commerciale.

Conditions de paiement : également appelées conditions de vente. Accord de règlement de la facture entre le partenaire commercial acheteur et le partenaire commercial vendeur, par exemple, Net 30 indique que la facture devra être réglée dans un délai de 30 jours.

PIDX : schéma de document XML utilisé dans l’industrie de l’énergie.

Pilote : test d’une partie du système final comme indicateur de la viabilité d’un concept avant le déploiement du système en conditions réelles.

Projet pilote : projet mené entre au moins deux partenaires commerciaux EDI pour tester la validité d’un système EDI proposé.

PIP : Partner Interface Processes ou Processus d’interface entre partenaires. Les PIP de RosettaNet définissent les processus commerciaux s’appliquant entre des partenaires commerciaux par le biais de dialogues XML.

Schéma PIP : modèle commercial précisant de quelle manière les partenaires (acheteur, vendeur, assembleur, éditeur de catalogue, etc.) effectuent, de manière interactive, les activités d’interface qui, conjointement, permettent d’atteindre un objectif commercial. Les schémas PIP incluent les descriptifs et les diagrammes.

Chorégraphie PIP : séquence d’échange de messages du processus d’interface entre des partenaires spécifiques basée sur le schéma de spécification du processus commercial.

Processus de développement et de conception PIP : processus structuré qui décrit les tâches et les étapes nécessaires à la création d’une spécification PIP sur la base des exigences telles qu’elles sont détaillées dans le document des exigences en matière de spécification.

PIP en Production : deux partenaires commerciaux utilisant un processus d’interface entre partenaires de RosettaNet comme interface de processus commercial pour une transaction réelle (hors projet pilote ou tests).

Modèle d’interchange PIP : structure des informations échangées entre des partenaires commerciaux dans un contexte spécifique ; structure du contenu décrit à l’aide des langages UML (Langage de modélisation unifié) ou XML (langage de balisage extensible).

Protocoles PIP : diagrammes de l’interface technique qui décrivent et définissent visuellement le schéma PIP.

Spécification PIP : document détaillé qui définit un système destiné à concevoir ou valider le système

Plateforme : type de système informatique utilisé.

Point-à-point : type de communication grâce auquel des messages sont transmis directement d’un partenaire commercial à un autre sans avoir recours à un réseau VAN.

Norme propriétaire : format de données spécifique à une entreprise ou à un secteur d’activité développé par une entreprise pour la transmission de données depuis ou vers ses partenaires commerciaux. Les formats propriétaires ne sont pas conformes aux normes ASC X12.

Système de commande propriétaire : système propre à une société qui permet à un fournisseur d’offrir des possibilités de saisie des commandes à ses clients.

Protocole : normes de communication qui déterminent le contenu et le format d’un message et permettent ainsi de garantir l’uniformité des transmissions.

Conversion de protocole : processus permettant à deux systèmes possédant des protocoles différents de communiquer.

Bon de commande : document créé par un acheteur à destination d’un fournisseur qui précise les conditions de vente aux termes desquelles l’acheteur achètera les marchandises du fournisseur.

Accusé de réception de bon de commande : confirmation transmise à l’acheteur stipulant que le fournisseur honorera la commande passée.

« haut

Q

Qualificateur : partie d’une adresse EDI.

« haut

R

Préparation de mise en œuvre (Ramp) : programme d’activité qui permet à un groupe de partenaires d’envoyer et de recevoir des documents dans des formats convenus.

Destinataire : personne ou entreprise à qui un message ou un ensemble de transactions EDI est transmis.

Transaction d’avis de réception : ensemble de transactions qui inclut la quantité, la description et l’état des marchandises reçues.

Registre : mécanisme par lequel il est possible d’inscrire les éléments de dépôt pertinents et leurs métadonnées de façon à ce qu’un pointeur vers leur emplacement et leurs métadonnées puisse être récupéré suite à une requête.

Dépôt : emplacement ou ensemble d’emplacements distribués qui conservent les données (telles que celles associées à un produit), pointés par un registre et à partir duquel il est possible de récupérer les données.

RFID : Radio Frequency Identification ou identification par radiofréquences. Technologie permettent de diffuser les données contenues dans une puce au moyen d’un émetteur sans fil. Les données d’une puce RFID sont lisibles même si la puce ne se trouve pas dans le champ de vision.

RosettaNet : consortium à but non lucratif œuvrant au développement collaboratif et au déploiement rapide de normes ouvertes en matière de processus commerciaux harmonisant les processus au sein du réseau commercial global. Plus de 700 entreprises multinationales et régionales de la haute technologie, de la logistique et des industries connexes, sans oublier les prestataires de solutions, participent au développement de services et de normes stratégiques de RosettaNet. Dans le monde entier, des entreprises du classement Fortune 1000 font confiance aux normes en matière de processus commerciaux de RosettaNet. RosettaNet est une filiale de GS1 US. À ce jour, le consortium a créé plusieurs organisations affiliées régionales (Australie, Chine, Japon, Corée, Malaisie, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande) ouvrant ainsi la porte aux différentes économies cherchant à adopter et influencer les normes internationales de RosettaNet. RosettaNet est également représenté localement en Europe. Des informations sur les activités mondiales de RosettaNet, y compris une liste complète des entreprises membres et des organisations impliquées, sont disponibles à l’adresse suivante www.RosettaNet.org.

« haut

S

Secure FTP : voir SFTP.

Segment : partie d’un message EDI ou d’une transaction composée de divers éléments de données connexes séparés par un délimiteur et qui transfère une partie d’une transaction commerciale en cours.

Code de segment : code qui identifie chaque segment de manière unique suivant les spécifications du répertoire de segments.

Caractère délimiteur de segment : indique la fin d’un segment de longueur variable.

Diagramme de segment : schéma précisant le format et la composition d’un segment.

Répertoire de segments : liste de segments propres au système de normes EDI utilisé et, en général, intégrés dans le dictionnaire de données.

Hiérarchie des segments : ordre d’apparition des segments dans un ensemble de transaction.

Identificateur de segment : code prédéfini qui identifie le segment.

Nom de segment : nom qui identifie le segment.

Qualificateur de segment : élément de données qui donne un sens particulier au segment.

Spécifications de segment : attributs distincts d’un segment, notamment sa structure et son contenu.

Balise de segment : élément de données composite dans lequel le premier composant contient un code qui identifie sans équivoque un segment tel qu’il est spécifié dans le répertoire de segments concerné. Des éléments de données supplémentaires sur les composants peuvent être utilisés de manière conditionnelle pour indiquer le niveau hiérarchique et la relation imbriquée dans un message, ainsi que l’influence et la répétition d’un segment [EDIFACT].

Terminaison de segment : caractère spécial qui indique la fin d’un segment.

Autofacturation : les clients peuvent générer eux-mêmes la facture et procéder au paiement par voie électronique via EDI.

Vendeur : partie à une transaction commerciale qui vend les biens ou les services à un acheteur en échange d’une rétribution.

Expéditeur : partie qui transmet les messages EDI.

Table séquentielle : partie d’une norme qui indique les segments possibles, leur ordre et leurs attributs pour chaque partie d’une transaction.

SFTP : Simple File Transfer Protocol ou Protocole de transfert de fichiers simple. Protocole réseau qui permet de transférer des fichiers et de manipuler des fonctionnalités dans un flux de données fiable quel qu’il soit. Est généralement utilisé avec le protocole SSH-2 pour transférer des fichiers de manière sécurisée. (voir aussi SSH).

Avis d’expédition : transaction EDI envoyée par l’expéditeur des marchandises au destinataire confirmant l’expédition et fournissant des informations telles que le manifeste, le numéro de commande, la date d’arrivée prévue, le transporteur, etc.

Éléments de données simples : élément de données ne comportant qu’une seule valeur.

SMTP : Simple Mail Transfer Protocol ou Protocole simple de transfert de courrier. Protocole le plus utilisé pour le transfert de courriers électroniques entre des serveurs via Internet.

SOAP : Simple Object Access Protocol ou Protocole simple d’accès aux objets. Protocole léger reposant sur XML conçu pour l’échange d’informations structurées dans un environnement décentralisé, distribué et défini par le W3C.

Logiciels : programmes stockés sur disques, bandes ou autres supports de stockage utilisés par l’ordinateur pour accomplir ses tâches.

Rayons ou Spoke : terme EDI désignant un partenaire commercial, en général un fournisseur pour un acheteur (appelé hub).

SSH : Secure Shell. Ensemble de normes et protocole réseau associé qui permet d’établir un canal de communication sécurisé entre un ordinateur local et un ordinateur distant.

Normes : parfois établies pour être utilisées comme une règle ou base de comparaison. Dans le contexte de l’EDI, elles désignent en général le système de normes de messages utilisées par les partenaires commerciaux.

Organisme de standardisation ou de normalisation : comité composé généralement de représentants des utilisateurs d’une norme donnée et qui est soit reconnu par l’industrie, soit est chargé, par le gouvernement, de mettre à jour ces normes.

Normes propriétaires : systèmes de messages EDI développés par les partenaires commerciaux eux-mêmes pour une application spécifique et qui ne fonctionnent pas avec les systèmes de normes développés par l’un des organismes de standardisation ou normalisation reconnus à travers le monde.

Normes publiques : systèmes de messages EDI développés et publiés par des organismes de standardisation ou normalisation reconnus à travers le monde ou par leur intermédiaire.

Stockage et retransmission (Store and Forward) : type de service de messagerie qui permet à une transmission EDI d’être envoyée à un moment opportun pour l’expéditeur et d’être immédiatement transmise au destinataire.

Stockage et récupération (Store and Retrieve) : généralement utilisé en relation avec un système de boîte aux lettres. Permet de stocker une transmission jusqu’à ce que le destinataire prévu accède au système et récupère le message.

Chaîne logistique : séquence d’évènements pouvant inclure les activités de conversion, d’acheminement ou de placement pour renforcer la valeur des marchandises, produits ou services.

Syntaxe : système d’organisation des éléments d’information et des segments dans un message EDI ou une transaction, imposé par les normes de messages ou de transactions utilisées.

« haut

T

Balise : identifiant unique utilisé avec les segments et éléments de données.

TCP/IP : protocole réseau pour l’Internet.

TDCC : Transportation Data Coordinating Committee. Organisation EDI d’origine aux États-Unis. Les premières normes EDI furent développées, publiées et mises à jour grâce à ses efforts. Cette organisation est devenue le groupe national d’utilisateurs de l’EDI pour les États-Unis.

TDI : Trading Data Interchange ou Échange des données commerciales. Abréviation courante pour l’EDI en Europe.

Tierce partie : entité différente de l’expéditeur ou du destinataire, par exemple un prestataire de services réseau, ou un développeur de logiciels qui offre des produits ou des services dans le cadre de l’assistance à la transmission d’informations dans un système EDI différent de celui de l’expéditeur ou du destinataire.

Tradacoms : norme EDI britannique développée par GS1 (lorsque GS1 était une entité différente nommée ANA).

Partenaire commercial : entité avec laquelle les échanges EDI sont effectués. Peut s’agir de l’expéditeur ou du destinataire d’informations électroniques.

Accord de partenariat : dans RosettaNet, les accords de partenariat contiennent les conditions générales, les rôles des différentes parties (acheteurs, vendeurs), les protocoles de sécurité et de communication et les processus commerciaux (actions valides, règles de séquençage, etc.) Les documents des accords de partenariat basés sur le langage XML contiennent les informations essentielles dont les partenaires commerciaux doivent convenir afin que leurs applications et leurs processus commerciaux puissent communiquer.

Fin (de message) : segment spécifique qui, dans les termes les plus simples, indique à l’ordinateur destinataire la fin d’un message EDI.

Accusé de réception au niveau de la transaction : accusé de réception et totalité des données dans la transmission d’un groupe fonctionnel ou d’un ensemble de transactions.

Ensemble de transactions : dans le contexte de l’EDI, bloc de données qui constitue une transaction commerciale ou une partie de celle-ci. Généralement appelé « message » en dehors des États-Unis.

ID d’ensemble de transaction : identifiant qui distingue sans équivoque un ensemble de transactions. Cet identifiant est le premier élément de données du segment de l’en-tête de l’ensemble de transactions.

Diagramme de l’ensemble de transactions : présentation graphique dans une transaction valide qui spécifie la séquence des segments.

Zone de l’en-tête de l’ensemble de transactions : contient les informations relatives au segment pertinentes par rapport à l’ensemble de transactions en général.

Segment de l’en-tête de l’ensemble de transactions : signifie le début d’un ensemble de transactions.

Niveau de l’ensemble de transactions : traitement d’un ensemble de transactions, y compris l’envoi et la réception.

Ligne de transaction : englobe l’ensemble de la transaction commerciale en elle-même et des informations, notamment les quantités, les descriptions et les tarifs.

Normes d’ensemble de transactions : système de syntaxe, d’éléments de données, de segments et d’ensembles de transactions (messages) qui permet d’effectuer l’échange électronique des données.

Résumé de l’ensemble de transactions : contient des informations de contrôle et autres données ayant trait à la transaction globale.

Segment de fin de l’ensemble de transactions : signifie la fin d’un ensemble de transactions.

Traduction : conversion de données applicatives depuis et vers un format standard.

Traducteur : programme utilisé pour convertir des informations de fichiers plats au format EDI ou du format EDI à des fichiers plats.

Confirmation de transmission : confirmation qu’une transmission a été intégralement reçue et qu’aucune erreur n’a été détectée.

Groupe de transmission : regroupement d’un ou plusieurs groupes fonctionnels. Également appelé interchange.

« haut

U

UCC : Uniform Code Council. Organisation qui supervise les normes d’identification des produits et des communications électroniques connexes. L´UCC supervise le code UPC (Universal Product Code) aux États-Unis, maintenant remplacé par les GTIN, ainsi que les UCS (Uniform Communication Standards) pour l´EDI dans l’industrie de la grande distribution et les WINS (Warehouse Information Network Standards) dans l’industrie du stockage et du transport.

UCS : sous-ensemble de la norme EDI ANSI X12.

UDDI : Universal Description, Discovery, and Integration. Annuaire de services basé sur le format XML qui permet à des entreprises du monde entier de s’inscrire sur Internet.

CEFACT-ONU : Centre des Nations Unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques. Supporte les activités destinées à améliorer la capacité des organisations commerciales et administratives à échanger des produits et services de manière efficace.

Utilisateur : personne (physique ou morale) qui utilise un ordinateur ou un système de normes pour un but spécifique tel que l’échange de données informatisé.

Groupe d’utilisateurs : ensemble d’individus et/ou d’entreprises réunis pour gérer les besoins de ceux qui souhaitent utiliser une technique ou technologie de manière unifiée. Les groupes d’utilisateurs sont lieux de discussion.

« haut

V

Validation : processus consistant à déterminer si la conformité aux normes est assurée lors de la transmission EDI d’un document spécifique.

Réseau à valeur ajoutée : souvent abrégé par réseau VAN. Entité tierce qui gère l’échange informatisé de données entre les parties abonnées à son service. Les services fournis par les réseaux VAN comprennent une messagerie électronique des transmissions EDI, la conversion des protocoles et vitesses, et la tenue d’archives pour le suivi des audits.

VAN : voir réseau à valeur ajoutée.

Fichier de longueur variable : fichier dont les segments contiennent des éléments de données variables sans longueur fixe. Un délimiteur d’élément de données est indispensable pour repérer la fin de l’élément ; un caractère délimiteur de segment est nécessaire pour repérer la fin du segment.

VDA : norme allemande de données EDI dans l’industrie automobile.

Stocks gérés par les fournisseurs (VMI) : système de réapprovisionnement des stocks dans lequel le fournisseur accepte la responsabilité de gérer les stocks de ses produits détenus par le client en assurant le suivi des informations relatives au point de vente et aux stocks transmises par le client. Cela est généralement automatisé grâce à l’EDI, ce qui engendre un réapprovisionnement aussi fluide que possible.

Version : identifie la publication de la norme utilisée pour la création ou l’interprétation des données au format de la norme X12.

VICS : Voluntary Inter-industry Commerce Solutions Association – association à but non lucratif dont la mission consiste à prendre la tête, à l’échelle internationale, du développement de lignes directrices et de spécifications commerciales ; de faciliter le déploiement grâce à la formation et l’information, permettant ainsi une amélioration de l’efficacité de la chaîne logistique de la grande distribution pour qu’elle répondre ou dépasse les attentes des clients et des consommateurs. GS1 US est le secrétariat de la VICS (Voluntary Inter-industry Commerce Solutions Association).

RPV : Réseau privé virtuel ou Virtual Private Network (VPN).

« haut

W

W3C : abréviation du World Wide Web Consortium.

Web-EDI : terme générique pour la transmission de messages commerciaux structurés sur Internet. Cela peut inclure des solutions telles qu’une connexion à un portail et la saisie d’informations relatives à une transaction commerciale dans un formulaire sur un site Internet à l’aide d’un navigateur Internet. Cette méthode exige une intervention manuelle.

Services web : méthode standard de communication entre différentes applications logicielles exécutées sur tout un éventail de plateformes et/ou de cadres sur Internet.

Interopérabilité des services web ou Web Services Interoperability : organisation agréée ouverte du secteur chargée de promouvoir l’interopérabilité des services web entre des plateformes, systèmes d’exploitation et langages de programmation différents. Œuvre au sein de l’industrie et des organismes de standardisation ou normalisation afin de répondre aux besoins des clients en leur offrant des conseils, des meilleures pratiques et des ressources afin de développer des services web.

WINS : Warehouse Information Network Standards. Ensemble de normes EDI pour les secteurs de l’entreposage et de la distribution. Sous-ensemble de la norme nationale ANSI ASC X12.

World Wide Web Consortium : organisme qui définit les normes(notamment HTTP) pour l’Internet.

WSDL : Web Services description language ou langage de description de services web.

« haut

X

X25 : protocole réseau, encore couramment utilisé.

X400 : ancien système de messagerie électronique populaire en Europe.

X500 : norme applicable aux services d’annuaire du CCITT.

XML : abréviation d’Extensible Markup Language, une norme ouverte pour décrire les données définies par le W3C (World Wide Web Consortium).

« haut

Besoin d'aide ?

L'un de nos experts en EDI sera ravi de répondre à toutes vos questions. Demandez à un expert EDI »